© Rodrigo Caesar

© Rodrigo Caesar

Danse classique indienne, le Kuchipudi s’est développé dans un village du même nom, dans l’état d’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde, autour du 15ème siècle.

Comme tous les styles de danse indienne, le Kuchipudi prend racines dans le Natya Shastra : traité d’art dramatique, vieux de plus de 2000 ans, qui donne une codification très précise de la danse, de la musique et du théâtre.

Mais il reçoit aussi l’influence des spectacles populaires destinés à exalter l’esprit de dévotion.

Il en résulte un style à la fois  rigoureusement classique, mais aussi  très vivant, fluide, ondulant ; à la fois très rythmique, et d’une extrême grâce.

Le Kuchipudi fait appel aux procédés habituels de danse pure et danse narrative, que l’on retrouve, traités de manière distincte, dans les différents styles classiques indiens.

La danse pure (nrtta) est rythmique et abstraite. Le jeu des pieds marque des rythmes complexes et variés, en accord avec la musique, tandis que le reste du corps suit ces rythmes, parfois avec force et précision, parfois par des mouvements fluides et gracieux. La danse narrative (abhinaya),  illustre un  aspect de l’histoire, du poème, ou du récit, contés par le chant, utilisant une technique très finement développée d’expressions du visage, et des gestes de la main (mudras). Les Mudras sont précisément codifiés et forment un véritable langage avec un vocabulaire très riche.

Les expressions du visage sont stylisés afin d’exprimer toute une gamme d’émotions et de sentiments complexes et subtiles. Le corps entier communique les émotions que le récit suscite.

Ainsi le Kuchipudi est un mariage harmonieux de ces deux aspects, alternant des moments de danse pure, rythmiques, vifs, étincelants, dont la grâce et l’extrême beauté sont un véritable charme, et des parties narratives tirées de la mythologie indienne ou tout l’art expressif, mimique, et gestuel, est exploité.

Le Kuchipudi est  accompagné par un orchestre classique : chant, percussions, flûte.

La musique est l’objet d’un soin particulier et les mélodies sont souvent d’une très grande beauté. La danse, la musique et le rythme sont travaillés de manière indissociable, et forment un tout ou chaque élément existe en relation à l’autre. Ainsi, le spectacle est un moment de collaboration et de partage intense entre la danseuse et les musiciens.

Dans le domaine du Kuchipudi, le Maître Vempati Chinna Satyam a marqué ces cinq dernières décennies.

Son grand talent, sa persévérance, son dévouement au développement et à la reconnaissance du Kuchipudi, ainsi que sa collaboration avec des écrivains, compositeurs, et musiciens érudits et d’une grande sensibilité, lui ont permis de faire voyager son art, depuis le petit village de l’Andhra Pradesh, jusqu’au cœur de la scène artistique indienne, puis mondiale.

Il a structuré et renouvelé le Kuchipudi, à un moment ou celui-ci perdait de son éclat et de sa rigueur, pour lui donner sa forme actuelle, empreinte de la touche personnelle du maître.

C’est en grande partie grâce à lui que le Kuchipudi tient aujourd’hui une place privilégiée parmi les différents styles classiques de danse indienne.

_

Pour en savoir plus :

www.kuchipudi.com

Biographie du Guru Vempati Chinna Satyam