Au cœur de l’été indien : une première remarquée, une saison parisienne ! Souriez, c’est la rentrée!

Une Première mondiale : aSH | Aurélien Bory

© Aglaé Bory | aSH – Cie 111 Aurélien Bory


Nous l’évoquions dans la précédente newsletter, le festival Montpellier Danse programmait en juin dernier la première mondiale de aSH, 
délicat portrait de Shantala par Aurélien BoryLa presse était là et nous en parle :

(…) Petite silhouette vive et forte, Shantala Shivalingappa, avec une grâce de gazelle, «incarne Shiva qui permet au monde de se manifester et à l’espace de danser», note Aurélien Bory. La monstration qui accompagne ce principe est d’une infinie beauté et se déroule sur des percussions qui roulent du souffle à la tempête. Dans la scène baignée de nuit, Shantala apparaît de dos devant l’image d’une porte marquetée qui se fend et se reforme. Sa danse permet que la porte se fasse vague, habitée du souffle des cieux. La vague claque, se gonfle, ondule dans de grands claquements et la danseuse poursuit son invocation, tendue, déterminée sans se laisser impressionner par le tonnerre qu’elle suscite et qui gronde sur ses talons. La vague se couche au sol. (…)  [lire la suite]
Le Figaro.fr |  29 juin 2018 par Ariane Bavelier

Corps fluet, gestuelle aérienne, exécutée avec une précision chirurgicale, Shantala Shivalingappa invite avec une grâce infinie à remonter le fil de son histoire singulière autant que plurielle. Réécrit par les talents de poète d’Aurélien Bory, le récit de cette vie, entre tradition et danse contemporaine, envoûte les sens et entraîne les spectateurs dans une balade aux confins du réel. Magique ! (…)  [lire la suite]

Blog Mediapart | 28 juin 2018 par l’oeil d’Olivier

aSH, pièce pour Shantala Shivalingappa porte en son titre un petit souffle à la Pina et condense en trois lettres (et deux langues) son intention, son sujet et l’enjeu scénographique : Shantala, Shiva et les cendres (ash en anglais), symboles du cycle de la vie. «
Shiva est un dieu  créateur et destructeur. Seigneur des lieux de crémation, il se recouvre le corps de cendres. Shantala Shivalingappa a construit sa danse sur la figure de ce dieu dont la vibration rythme la manifestation du monde », écrit Aurélien Bory.(…)  [lire la suite]
Dansercanalhistorique.fr | 28 juin 2018 par Thomas Hahn

aSH est la rencontre de deux univers, celui d’Aurélien Bory qui signe ici son troisième portrait de danseuse et celui de Shantala Shivalingappa spécialiste du Kuchipudi, un style traditionnel mais également interprète chez Pina Bausch. Le feu et la grâce en quelque sorte. aSH s’ouvre sur le rythme continu des percussions de Loïc Schild et de la gestuelle précise de Shantala. Le décor s’anime par l’effet de tension, du simple papier kraft en vérité, tandis que la danse se met en transe. Shiva n’est jamais loin dans cette évocation, lui le Dieu qui créé et détruit. Tous les effets de aSH le rappellent que ce soit ce coup de tonnerre à faire trembler les murs ou cette montagne au plateau, une fois la tenture décrochée, semblant grouiller de serpents. (…) [lire la suite]
sceneweb.fr | 28 juin 2018 par Philippe Noisette


Où voir aSH ?

  • les 12, 13 et 14 déc-18  TJP, GRANDE SCENE, CDN de Strasbourg, 7 rue des balayeurs, Strasbourg (France)
  • 8 et 9-janv-19, Maison de la Culture – L’Auditorium, 34 rue Henri Sellier, Bourges, France
  • toutes les dates

© Aglaé Bory | aSH – Cie 111 Aurélien Bory

Shantala à Paris en 2018-2019

Pas moins de quatre programmes seront visibles à Paris en cette nouvelle saison, voilà une bonne occasion de n’en manquer aucun ! la compagnie Shantala Shivalingappa a l’honneur et la joie de tenir une belle place dans la première saison de la Scala, le Théâtre-Phoenix qui renaissait de ses cendres en ce si beau mois de septembre : En février, aSH le portrait délicat d’Aurélien Bory, puis au mois de mai nous y retrouverons Akasha et Namasya.  Trois spectacles à la Scala, ce théâtre, on l’aime déjà!

BACH jour 1 | Stéphane Riccordel
Théâtre Silvia Monfort, 22 24 novembre 2018 | toutes les informations

La violoncelliste Sonia Wieder Atherton comme la danseuse Shantala Shivalingappa affirment chacune à leur manière leur désir de créer et expérimenter de nouvelles démarches. (…) Elles se rencontrent autour d’une Suite de Bach, sommet de l’écriture pour violoncelle. Sous le regard de Stéphane Ricordel, elles partagent et confrontent leurs
représentations singulières de l’oeuvre, par la musique et le geste dansé.

© BACH – jour 1 | Stéphane Ricordel

aSH | Aurélien Bory Cie 111
Théâtre de la Scala, 16 février au 1er mars 2019 | toutes les informations

Dans Shantala Shivalingappa, il y a Shiva, dieu de la danse. Shiva possède d’après les textes plus de mille noms. Il est un dieu créateur et destructeur. Seigneur des lieux de crémations, il se recouvre le corps de cendres. Shantala Shivalingappa a construit sa danse sur la figure de ce dieu, dont la vibration, rythme la manifestation du monde. 
Aurélien Bory


Akasha | Shantala Shivalingappa
Théâtre de la Scala , 13, 14 et 15 mai 2019
| informations à venir

Créé en 2013 à Chateauvallon, Akasha a parcouru la France et toute l’Europe sans jamais passer par Paris ! Il aura fallu attendre que La Scala renaisse de ses cendres pour enfin revoir du Kuchipudi dans la capitale, 9 ans après la création de Swayambhu au Théâtre de la Ville / les Abbesses. Un retour d’autant plus inmanquable qu’il se déroulera dans un lieu déjà quasiment mythique. Longue vie à la Scala !
[re]voir le teaser© Elian Bachini | Akasha - 2013
©  Elian Bachini | Akasha – 2013

Namasya | Shantala Shivalingappa
Théâtre de la Scala, 17 et 18 mai 2019
| toutes les informations à venir

Programme composé de quatre soli contemporains, Namasya est LA pièce entièrement contemporaine de Shantala, qui mettait en lumière ses collaborations parmi les plus prestigieuses, en tous cas inoubliables : Pina Baush, Ushio Amagatsu, Savitry Nair. Un spectacle à revoir en douceur, comme un épilogue juste après les représentations d’Akasha.

  © Nicolas Boudier | Namasya 2008

Shantala interactive

Le Jacob’s Pillow, centre de danse, école, espace de performance situé à Becket, Massachusetts, dans les Berkshires, est notamment connu comme le plus ancien festival de danse estivale aux États-Unis. L’ogranisation a developpé un très beau site interactif. Une collection en perpétuelle évolution de vidéos de danse tournées au Jacob’s Pillow Dance Festival, des années 1930 à nos jours. Le festival fait la part belle à Shantala dans sa rubrique « Women in Dance », à voir ici : Jacob’s Pillow’ Dance Interactive

© Jacob’s Pillow | capture

Shantala interprète : Moving Alternatives – Anne collod

Entre inspiration et fascination, Shantala se trouve souvent au croisement des cultures, racontée par tel chorégraphe, sublimé par tel autre… Cette fois c’est la chorégraphe Anne Collod qui fait appel à elle pour son projet « Moving Alternatives », autour des pionniers de la danse moderne américaine, Ruth St Denis et Ted Shawn. On vous en dira plus dans notre prochaine Newsletter

Shantala sur les planches

Deux fois cette année, nous traverserons l’océan atlantique pour suivre Shantala en tournéeà
São Paulo, pour y voir et revoir le mythique « Néfès » de Pina Baush, et puis encore à Santiago del Chile, où le kuchipudi fera sa grande première sur le sol Sud-Américain avec « Swayambhu », pièce de 2010.


du 21 au 24 novembre 2018
BACH – jour 1 | Le Monfort Théâtre, 106 rue Brancion, Paris, France

du 29 novembre au 2 décembre 2018
NEFES – Pina Bausch | Teatro Alfa, Rua Bento Branco de Andrade Filho, 722, São Paulo, Brazil

du 12 au 14 décembre 2018
aSH – Aurélien Bory | TJP Grande Scène, CDN de Strasbourg, 7 rue des balayeurs, Strasbourg, France

du 3 au 4 janvier 2018
SWAYAMBHU  | MIL Festival, Santiago del Chile

[toutes les dates]

Néfès - Pina Bausch

© Stéphanie Berger | Néfès – Pina Baush